En Inde, quelle est la différence entre une infraction reconnaissable et une infraction non reconnaissable?


Réponse 1:

Infraction reconnaissable et infraction non reconnaissable

  • Une infraction reconnaissable signifie qu'un policier a le pouvoir de procéder à une arrestation sans mandat. La police est également autorisée à ouvrir une enquête avec ou sans l'autorisation d'un tribunal. La police ne peut déposer un premier rapport d'information (FIR) que dans les cas d'infractions reconnaissables. Les infractions graves sont définies comme reconnaissables et entraînent généralement une peine de 3 ans ou plus. La Cour suprême de l'Inde a déclaré qu'il était obligatoire pour la police d'enregistrer un rapport de première information pour toutes les plaintes dans lesquelles une infraction reconnaissable a été découverte.
  • Une infraction non reconnaissable signifie qu'un policier n'a pas le pouvoir de procéder à une arrestation sans mandat et qu'une enquête ne peut être ouverte sans une ordonnance du tribunal. En Inde, les délits comme le viol, le meurtre, le vol, etc. sont considérés comme reconnaissables, et les délits comme les nuisances publiques, les blessures simples, les méfaits, etc. sont considérés comme non reconnaissables.
Article 154 du Code de procédure pénale, 1973154. Informations dans les cas reconnaissables.Toutes les informations relatives à la commission d'une infraction reconnaissable, si elles sont communiquées oralement à un officier responsable d'un poste de police, sont rédigées par écrit par lui ou sous sa responsabilité. direction, et être relu à l'informateur; et toutes ces informations, qu'elles soient données par écrit ou réduites à l'écriture comme indiqué ci-dessus, doivent être signées par la personne qui les a fournies, et leur substance doit être inscrite dans un livre à tenir par cet officier sous la forme que le gouvernement de l'État peut prescrire. en ce nom.Une copie des informations enregistrées conformément au paragraphe (1) doit être remise sans délai à l'informateur.Toute personne lésée par le refus d'un officier responsable d'un poste de police de enregistrer les informations visées au paragraphe (1) peut envoyer le contenu de ces informations, par écrit et par courrier, au surintendant de police concerné qui, s'il est convaincu que ces informations révèlent la commission d'une infraction reconnaissable, doit soit enquêter sur l'affaire lui-même ou ordonner une enquête à un officier de police qui lui est subordonné, de la manière prévue par le présent code, et cet officier aura tous les pouvoirs d'un officier responsable du poste de police en ce qui concerne à cette infraction

Réponse 2:

L'application de l'esprit judiciaire avant que la police ne commence une enquête est l'un des contrôles importants du pouvoir de la police et de l'exécutif politique qui contrôle la police. C'est pour cette raison que pour certains types d'infractions, la police doit convaincre le magistrat qu'elle a suffisamment de raisons pour ouvrir une enquête ou procéder à une arrestation.

Pour équilibrer les pouvoirs d'enquête et la nécessité d'un contrôle judiciaire, le droit pénal divise les différents types d'infractions en celles qui nécessitent une telle application de l'esprit judiciaire avant qu'une enquête puisse être ouverte, et celles qui ne le font pas. Pour la catégorie connue sous le nom d'infractions reconnaissables, la police n'a pas besoin d'un mandat pour enquêter et procéder à des arrestations. Pour les infractions non identifiables, la police a besoin d'un mandat pour enquêter et procéder à des arrestations. Telle est la différence fondamentale. Les infractions de nature plus grave sont généralement détectables. Le classement complet est fourni à l'annexe 1 du Code de procédure pénale.

Vous pouvez lire l'analyse du droit indien et de la profession juridique sur le blog myLaw.


Réponse 3:

Le Code de procédure pénale de 1973 classe toutes les infractions sur diverses bases. L'une de ces bases est Cognisable et Non Cognisable.

Infraction cognissable:

L'article 2 du Code définit l'infraction Cognisable comme une infraction et l'affaire Cognisable comme une affaire dans laquelle le policier a le pouvoir d'arrêter une personne sans mandat.

De plus, dans les cas connaissables, la police est tenue d'enregistrer une SAPI dès qu'une infraction reconnaissable est révélée dans les faits. Cependant, en fait, ils ne sont pas prêts à enregistrer une FIR et il peut en effet être très difficile pour vous de les faire enregistrer sur la base des informations que vous divulguez.

Infraction non reconnaissable:

De toute évidence, une infraction non reconnaissable en est une et une affaire non reconnaissable en est une dans laquelle une personne peut être arrêtée par la police sans mandat.

Dans de tels cas, la police n'a pas le pouvoir d'enquêter par elle-même. Ceci est spécifiquement prévu à l'article 156. Toute personne lésée doit déposer une plainte privée auprès du magistrat compétent.

Ils doivent attendre l'ordonnance du tribunal. De même, pour arrêter une personne dans un tel cas, un mandat d'arrêt est requis.

Dans les deux cas, c'est-à-dire en cas d'enquête sur un cas notifiable par le policier lui-même ou d'enquête par le policier sur ordre du tribunal, le policier soumet un rapport connu sous le nom générique de rapport de police en vertu de l'article 173.

Cependant, dans les cas où un officier de police entreprend une enquête dans une affaire non reconnaissable sans l'ordonnance d'un tribunal, une telle enquête est, à mon avis, simplement irrégulière et non illégale. C'est parce que l'article 2 du Code, tout en définissant la plainte, laisse entendre que dans de tels cas, le rapport de police doit être traité comme une plainte privée et le policier comme un plaignant privé. C'est donc un défaut curable.

J'espère que cela répond à votre question.