Existe-t-il une différence entre la «suprématie culturelle européenne» et le «racisme»?


Réponse 1:

Une question intéressante, mais pour moi le mot «suprématie» est le cadeau mort.

Une croyance en la «suprématie culturelle» européenne est inextricablement liée au racisme européen, ne serait-ce que parce qu'une culture et les gens de la société qui l'ont engendrée sont également inextricablement liés.

Il n'y a rien de mal à être fier des réalisations de la civilisation occidentale (qui est le terme que je remplace ici par «culture européenne») et à vouloir la voir survivre et prospérer dans un avenir indéfini, surtout si vous y avez été élevé et en font partie. Gardez à l'esprit, cependant, que la «civilisation occidentale» n'est pas purement européenne mais est devenue ce qu'elle est sous l'influence et les contributions, entre autres, des peuples du Proche et du Moyen-Orient, y compris l'Égypte ancienne, le Croissant fertile et la mer Égée ; la civilisation islamique de l'Afrique du Nord au Moyen-Âge qui a préservé la philosophie grecque antique à une époque où elle était presque complètement perdue en Europe en raison du «Moyen Âge», les tribus nomades d'Asie centrale qui se sont progressivement installées et peuplées les franges, et finalement le cœur de l'ancien Empire romain multiethnique mourant, etc. Donc, ce n'est pas comme si Western Civ venait de s'épanouir pleinement en Europe du Nord comme si les peuples «les plus sombres» du monde n'avaient rien à voir avec sa création et sa préservation.

Et, si vous croyez en la «suprématie» culturelle, cela revient à dire que toutes les autres cultures sont inférieures et doivent être soumises à la vôtre. C'était, en fait, une opinion très courante de nombreux exportateurs de la «culture européenne» depuis le début de l'ère moderne de l'exploration jusqu'à l'impérialisme victorien du XIXe et du XXe siècle et, si des questions comme la vôtre sont une indication, À nos jours. Ce sentiment de supériorité a conduit les missionnaires et les mercenaires de l'expansion coloniale européenne à croire qu'ils faisaient la faveur des indigènes de la terre qu'ils venaient d'envahir, en détruisant leur culture et leur société locales et en obligeant les habitants à adopter les normes et les mœurs européennes. dans des domaines tels que l'habillement, la religion, etc. Vous n'avez pas besoin de faire des recherches très approfondies pour réaliser quel processus horrible, raciste, destructeur et brutal a été, pratiquement partout où il s'est produit.

Sans oublier que ce concept de «suprématie culturelle» a conduit les conquérants européens à ignorer, ou à dénigrer, les réalisations et les contributions des cultures qu'ils envahissaient, même lorsque, comme dans le cas de la Chine, de l'Inde ou de l'Égypte, ou pour qu'importe les empires aztèque et inca, une civilisation avancée, alphabétisée et florissante existait déjà depuis des milliers d'années auparavant. Pour l'amour du ciel, Marco Polo et ceux qui ont suivi ses traces ont ramené dans l'Europe médiévale découragée les avancées de la civilisation chinoise, y compris le papier, la poudre à canon et les spaghettis. Imaginez la «culture européenne» sans celles-ci.

Donc, non, quand vous y arrivez, je ne pense pas que vous puissiez «habiller» le concept de «suprématie blanche» (qui est la forme de racisme la plus répandue en Europe moderne, dans les pays du Commonwealth et en Amérique) simplement en l'appelant «suprématie culturelle européenne». Cela revient à ne pas reconnaître, et encore moins à apprécier, que chaque culture est une adaptation à ses circonstances particulières, que chaque culture a une vision unique et précieuse de la condition humaine qui mérite d'être préservé et favorisé (mais pas propagé par la force) et que nous sommes tous enrichis lorsque nous avons conscience de l'ampleur et de la profondeur de l'accomplissement humain qui n'est pas limité par les oeillères ethniques du XIXe siècle qui voient le gentleman anglais moderne comme la quintessence du monde la civilisation et tout le monde comme une bande de wogs ignorants et idiots.


Réponse 2:

Question interessante!

Je me considère comme faisant partie des deux, car je suis né en Europe, mais j'ai vécu à N.-A.

Pour un étranger, il se pourrait que les Européens apprécient davantage les discussions et les activités intellectuelles, préfèrent peut-être des films et des livres plus profonds. Mais, il faut connaître les cultures pour savoir ce qui se passe. La plupart des natifs anglophones n'aiment pas discuter de sujets polémiques (en public, avec des inconnus,…). Il semble que cela fasse partie de leur culture. Je pense que c'est un défaut car les discussions peuvent être saines, mais si personne ne le fait, peut-on vraiment leur en vouloir? Avec l'immigration, cette culture pourrait cependant changer. En ce qui concerne le divertissement, il y a des théâtres qui proposent des films plus profonds, mais il y a aussi des films américains intéressants qui sont produits. Il y a des écrivains intéressants comme Malcom Gladwell, qui est canadien, par exemple. Il y a aussi la culture de ne pas montrer ses connaissances ou son éducation en utilisant des mots qui créeraient une distance entre des personnes de différents niveaux d'éducation. Il y a l'idée ennuyeuse qu'un plombier peut conseiller le médecin sur la façon de faire une chirurgie du cerveau (j'exagère), mais une étude de Harvard a montré que la diversité des points de vue peut résoudre les problèmes.

Le reste est duveteux: de belles architectures en pierre, mais construites avec une main-d'œuvre bon marché par les rois et les nobles?

Quant aux Européens pensant qu'ils sont plus intelligents, supérieurs, racistes,… Je les vois, j'interagis avec eux de temps en temps. Certains ont cette attitude. Cela peut parfois devenir raciste. Espérons que cette réponse clarifiera l’air. LOL