Y a-t-il une différence entre la vie humaine et autre?


Réponse 1:

Je pense que les réponses qui disent "c'est comme ça que la nature se passe, les lions tuent les zèbres aussi!" sont beaucoup trop simplifiés et ne sont qu’un moyen d’excuser nos actions.

Selon moi, il y a 2 étapes auxquelles une espèce peut se trouver.

Le premier où la plupart des formes de vie se trouvent est le stade auquel vous êtes fortement lié par les "lois de la nature". Vous êtes un produit de l'évolution naturelle et vous suivez ses règles. Si tel est le cas, vous créerez un équilibre très stable avec l'environnement que vous, en tant qu'espèce, ne pourrez pas perturber à ce stade. À ce stade, je pense que la réponse de Peter Friedman le résume. "La mort et la vie sont interconnectées et interdépendantes et c'est exactement ainsi que la nature fonctionne."

Ensuite, il y a une deuxième étape. À ce stade, les espèces ne sont plus liées par la loi de la nature. Leur évolution est principalement dictée par eux-mêmes, par la technologie et leur organisation sociale et leurs interactions. Ils ont la capacité de perturber complètement les équilibres par ailleurs très stables de la nature, mais ils peuvent également choisir de ne pas être et d'être de simples observateurs de toutes les autres formes de vie de stade 1.

À ce stade, je pense que «avec une grande puissance vient une grande responsabilité» entre en jeu.

Nous n'en sommes pas encore à cette deuxième étape. Nous sommes quelque part entre les deux.

Nous comptons toujours sur la nature d'une manière très intrusive et destructrice. Notre façon d’obtenir de l’énergie en est un excellent exemple et l’obtention de nourriture en est un autre.

Nous n'avons tout simplement pas de façon de vivre sans ces implications, bien que nous puissions certainement faire beaucoup mieux que nous ne le faisons actuellement.

À un moment donné, lorsque nous obtenons la technologie pour vivre nos vies sans impact sur les autres formes de vie, en pouvant obtenir de l'énergie par fusion, en la recueillant du soleil sans affecter aucun autre système de manière significative. Quand nous sommes capables de synthétiser notre nourriture (à partir d'un simple constituant inanimé ou même d'énergie pure). À ce moment-là, je pense que nous avons la responsabilité de le faire et d'être autant d'observateurs que possible et de fournir à d'autres formes de vie la capacité d'évoluer également.

Maintenant, pour répondre directement à votre question. Je pense qu'aucun de nous n'est un meurtrier. Nous sommes coincés au milieu d'une étape d'évolution. Nous sommes conscients, nous avons beaucoup de technologie, nous nous sommes libérés de la plupart des contraintes de la nature pour pouvoir être principalement guidés par la morale, mais nous n'avons pas atteint le point d'une énergie bon marché, presque gratuite, nous devons donc encore faire face à certaines pratiques intrusives / destructrices. Je pense que ce devrait être une priorité pour nous tous de nous pousser au moins vers de meilleures pratiques comme l'énergie "verte", l'agriculture biologique et des méthodes plus traditionnelles non industrielles d'élevage d'animaux pour l'alimentation. Mais dans l'ensemble, c'est malheureusement un système auquel nous ne pouvons pas échapper en ce moment.


Réponse 2:

Oui et non, tu peux ou non être un meurtrier

Toutes les espèces de la vie partagent la même infrastructure de base, ADN, gènes, chromosomes, mitose cellulaire, réserves d'énergie aptes, etc.

Toutes les espèces diffèrent par leur complexité à partir de la cour et de la composition des chromosomes.

La principale différence philosophique est le concept de conscience ou de conscience, il n'a été prouvé que cela existe actuellement chez l'homme.

Le concept de conscience animale est spéculatif et non prouvé, il peut en être ainsi à jamais.

Il s'agit d'une question philosophique clé pour certains, car elle aurait un impact sur la façon dont nous traitons et utilisons les animaux.

Cela peut également avoir des implications en ce qui concerne les différentes religions.