Quelle est la différence entre un krithi et un keerthanai?


Réponse 1:

Krithi et Keerthanam ne sont pas des termes comparables. Les gens l'utilisent si à tort dans un contexte que l'on se perd.

Un Krithi appartient à un type de composition classé sur la base de la structure.

Un Keerthanam appartient à un type de composition classée en fonction du contenu.

Je m'explique - Un Krithi popularisé et (inventé tel que nous le voyons de l'histoire) par Purandaradasar a une structure fixe de Pallavi, la filiale pallavi appelée Anupallavi et un ou plusieurs charanams. Le dernier charanam est généralement appelé charanam Samashti. Toute composition dans cet ordre peut être appelée un krithi. D'autres types structurels sont Geetham, Varnam, Jathiswaram, Swarajathi, Bhajan, etc. Il y a une manière spécifique dont nous chantons chacun de ces éléments. En sanskrit - krith signifie écrire ou composer!

Un Keerthanam comme son nom l'indique est un type de composition basé sur un contenu dans lequel la signification dénote la louange d'une divinité ou de Dieu par opposition aux formes humaines dans un Javali ou un Padam. Il parle de "Keerthi" (renommée) du Dieu. D'où le nom de Keerthanam. Un Keerthanam est l'une des 9 formes bakthi (Navabhakthi) de la philosophie hindoue. Aussi appelée Namasankeertanam, toute la composition fait l'éloge des seigneurs sous différents noms. Thyagaraja nous dit dans de nombreux krithis que si vous chantez le keerthanam de Rama, vous obtiendrez du moksham. Les autres types de composition basés sur le contenu sont les Padams, Javalis etc. Tous les types de contenu sont chantés de la même manière, le kalapramanam étant différent.

Krithi et Keerthanam sont donc deux concepts différents utilisés à tort dans des contextes.


Réponse 2:

La différence réside dans leur complexité musicale, pour le dire simplement - les krithis sont plus complexes (musicalement) que les keerthanams. Un krithi et un keerthanam, chacun a un pallavi et un charanam, et un krithi a toujours un anupallavi, mais un keerthanam pourrait ne pas (par exemple, Mahaganapathim in Natta, par Deekshitar).

En outre, les krithis ont beaucoup de sangathis - des variations musicales de la même ligne, généralement avec une complexité croissante. Prenez Endaro Mahanubhavulu de Thyagaraja, par exemple. La ligne "Endaro mahanubhavulu" elle-même est chantée de différentes manières, puis la ligne suivante "andariki vandanamulu" est jointe, et les deux lignes sont chantées avec plus de variations, à partir d'une mélodie simple, puis comprenant de petits motifs d'ascensions dans "andariki vandanamulu "(avec une descente dans la partie"… namulu "), puis une grande ascension dans" andariki "et une descente dans" vandanamulu ".

Krithis a également généralement plusieurs charanams, chacun avec une mélodie différente. Le dernier charanam est dans le même ton que l'anupallavi (je ne me souviens d'aucune exception à cela). Encore une fois, la Pancharathna Krithis de Thyagaraja en est le meilleur exemple.