Quelle est la différence entre la connaissance et l'expertise?


Réponse 1:

Prélude pour arriver au point .....

Dans l'esprit de la plupart des gens (et je ne suis pas moi-même la plupart des gens), «l'expertise» est spécifique à telle ou telle question. Mais je vois qu'il y a aussi une «expertise plus générale». Avec un manque caractéristique de fausse modestie, je pense avoir un haut niveau de cette expertise générale (pas la même chose que le QI).

Je l'ai déjà démontré un peu de manière sophistiquée, j'ai commencé cette réponse ici. Pas encore de «définitions», vous remarquerez! Et je vais le démontrer à nouveau dans la phrase suivante ici. Notez que rien de ce que je dis ici ne peut être appris dans N'IMPORTE QUEL cours universitaire. Parce que c'est une expertise générale (dont il y a peu de disparaître dans les universités, les Palais de la (prétendue) connaissance pure.

Un concept crucial à comprendre est que les mots ne correspondent pas nécessairement aux réalités correspondantes. Mon Dieu, un nergle effroyablement gros vient de ramper vers moi. Mais nergle n'est qu'une séquence de lettres, pas quelque chose qui peut ramper.

Certains pseudo-intellectuels pseudo-intelligents «de premier plan» sont actuellement très obsédés par la détermination des «définitions» de «l'islamophobie» et de «l'antisémitisme». Mais qu'en est-il de la «définition» de «aargxhxisttry»? Une chose cruciale à comprendre est que, simplement parce que vous pouvez organiser certaines lettres dans une séquence, il ne s'ensuit pas que cela doit constituer un vrai mot qui doit avoir un sens ou une «définition» valide.

Et un point encore plus frappant est que les vrais mots n'ont presque jamais besoin de comités de pseudos de premier plan pour nous dire leur «définition». Considérez juste les mots de cette réponse ici. Nous apprenons les définitions de la grande majorité ou des mots RÉELS, des milliers de mots, sans pour autant les «apprendre» en classe. Reprenons simplement ce paragraphe. De combien d'entre eux avez-vous eu à apprendre activement les «définitions»?:

et

un

même

plus

frappant

point

est

cette

réel

mots

(etc etc etc).....

Bien sûr. Vous venez de les ramasser car ce sont de VRAIS mots liés à de VRAIS concepts (si abstraits).

En revanche, «l'islamophobie» et l '«antisémitisme» sont des dispositifs de propagande concoctés plutôt que de vrais mots. Leur utilisation dans les deux cas abuse de l'intellect en confondant délibérément les choses. L '«islamophobie» confond commodément le simple questionnement civil de l'islam avec le meurtre sadique des musulmans. «L'antisémitisme» confond commodément le simple questionnement civil sur Israël ou le judaïsme avec le meurtre sadique de mamies juives. Comme Sara Khan l'a dit à juste titre, il vaut mieux utiliser une terminologie claire et explicite telle que «haine des musulmans». Personne n'a besoin d'un comité de pseudo-penseurs «de premier plan» pour déterminer ce que signifie la «définition» de la «haine des musulmans». Et c'est parce qu'il se compose de trois vrais mots dont tout le monde grandit en connaissant le sens. (Bien sûr, ce qu'est un véritable «musulman» est ailleurs sujet à débat, mais il est suffisamment évident qu'il s'agit ici de personnes qui sont ciblées en raison de l'un ou l'autre indicateur de l'association islamique, comme l'apparence ou les croyances.)

Venons-en maintenant à la paire de mots actuelle, si vous n'avez pas la connaissance de ce que signifie «connaissance», alors je suppose que vous êtes au-delà de ma capacité à aider. Fondamentalement, la connaissance de faits tels que «l'Angleterre est au nord de la France».

Mais tous les «faits» ne sont pas vrais. Un tel faux fait est que l'autisme est un trouble, comme expliqué dans le chapitre 2 lié dans mon profil. Les universités regorgent de personnes faussement «éduquées» qui racontent de tels faux faits. Leurs têtes sont remplies de pseudo-connaissances. Pour obtenir des qualifications telles qu'un doctorat, vous devez avoir la tête remplie des «connaissances» approuvées, qu'elles soient vraies ou simplement des pseudo-connaissances «expertes».

L'expertise (en dehors des compétences artisanales) est généralement supposée, en particulier dans les centres d'incompétence appelés universités, être fondamentalement un haut niveau de «connaissances» (défini comme étant uniquement les «connaissances» officiellement approuvées, qu'elles soient vraies ou pseudiques) pertinentes pour le domaine spécifique . Ces personnes ont tendance à «connaître» une énorme quantité d '«informations», peu importe si elles sont vraies ou même importantes. Être capable de réciter par cœur tous les résultats des différentes études sur les jumeaux autistes est le genre de trivia qui compte comme étant plus expert à cet égard.

Je dirais qu'un concept qui mérite davantage le mot d'expertise est un niveau élevé de conscience des «faits» qui sont vrais et ceux qui ne le sont pas. Cela peut être acquis en étant familier avec une théorie explicative unificatrice, comme dans le chapitre 7 lié dans mon profil. Vous obtenez alors une plus grande chose dans votre tête, qui est de comprendre POURQUOI ce sont les faits et comment ils se relient.

En conclusion, je me méfierais de supposer que «l'expertise» a une véritable définition unique et consensuelle. À des fins évidentes de propagande, certaines personnes ont été qualifiées d '«experts», qu’elles puissent ou non vraiment distinguer le vrai du faux. Le mot «expertise» dérive alors de ce mot de propagande.


Réponse 2:

Les connaissances sont de différents types - ce qui est un sujet trop vaste pour être abordé - mais l'expertise est la compétence, qui est une forme particulière de connaissance.

Il y a des années, j'ai tout lu sur la façon de scotcher des cloisons sèches. Ensuite, j'ai pu le faire (j'avais des connaissances) mais pas facilement ou avec une satisfaction personnelle à 100% dans les résultats. Ensuite, j'ai passé environ 10 minutes à observer de près un travailleur qualifié de la cloison sèche, à sceller les coutures, et en notant les différences dans sa technique, cela m'a donné l'expertise que je désirais (après un peu plus de pratique).