Quelle est la différence entre le conservatisme libéral et le libéralisme conservateur?


Réponse 1:

La différence entre le soi-disant «conservatisme libéral» et le «libéralisme conservateur» est la différence entre la noirceur blanche et la blancheur noire.

Maintenant… il existe différents types de conservatisme. Les conservateurs sociaux iront parler directement à (à?) Jésus et décideront ce qu'il veut que nous fassions, puis ils viendront vers le reste d'entre nous et essaieront de nous faire faire ce que Jésus veut (comme Il leur a dit directement).

Les conservateurs budgétaires apprécient un budget équilibré et dépensent l'argent du gouvernement comme s'il s'agissait de notre propre argent. Ils n'aiment généralement pas utiliser la politique budgétaire pour gérer la demande, probablement parce qu'il est beaucoup plus difficile d'amener un politicien à créer un excédent pour payer ses factures que pour gérer un déficit. Ce ne sont pas des Hoover-ites mais ils semblent aussi avoir du mal avec Keynes.


Réponse 2:

Il n'y a aucune différence, sauf peut-être la sémantique. Voici une conversation que j'ai eue sur une autre vigne:

«Les politologues ont fréquemment noté qu'un seul axe gauche-droite était insuffisant.» Ils désignent les universitaires. Et comme je l'ai souligné, la grande majorité des universitaires sont des progressistes, [des libéraux américains modernes] et comme je l'ai souligné, Mussolini et Hitler ont acquis leur idéologie auprès des premiers progressistes américains. Les universitaires veulent se distancer autant que possible de cette partie de leur histoire, ils utilisent donc à peu près tous les moyens possibles comme excuse. (aussi, je trouve très intéressant qu'ils s'efforcent de définir le fascisme par les ACTIONS de Mussolini et d'Hitler, plutôt que par l'idéologie adoptée. Ils ne définissent pas le communisme par les actions de Staline ou de Mao, mais par l'idéologie de Marx et Lénine. Est-ce juste moi, ou y vois-je un préjugé?) Comme indiqué à juste titre dans l'article, les "ailes" faisaient référence à la disposition des sièges au Parlement français. Et ceux de droite ont soutenu la monarchie (règle par une) qui est en opposition directe avec ce que la droite aux États-Unis épouse, ce qui est aussi peu de règle que possible, mais toujours suffisant pour maintenir l'ordre. Cela crée également une certaine confusion, car la plupart des gens ne comprennent pas les différentes perspectives des différentes régions concernées. Maintenant, avec l'avènement d'Internet, de plus en plus de gens en prennent conscience et les universitaires ont dû trouver un moyen de dévier cette conscience. Ainsi, le système à deux axes. Un meilleur système (sans dire que le 2 axes est un mauvais système) est une mesure de contrôle ou de «force» du gouvernement, car il s'applique aux aspects politiques et économiques. Et cela le simplifie à l'élément de base. Je pense que nous pouvons convenir que le communisme, c'est-à-dire le contrôle total, est d'un côté, disons la gauche, et la liberté, c'est-à-dire peu ou pas de contrôle, est de l'autre ou disons la droite. ce faisant, il élimine également le paradoxe libéral / conservateur. Les conservateurs souhaitent utiliser la force du gouvernement pour réglementer la moralité, c'est-à-dire le péché: jeu, prostitution, ivresse, etc. Les libéraux souhaitent utiliser la force du gouvernement pour réglementer l'égalité: redistribution des richesses, discrimination, justice sociale, etc. En les plaçant sur le même ligne, il supprime la perception qu'ils sont si différents. OMI. C'est aussi un moyen de mesurer à quel point le communisme, que je pense que très peu (j'espère) aux États-Unis trouvent souhaitable, (nous avons un petit côté, il est essentiel que les gens comprennent les termes et ne soient pas enclins à suivre les idées fausses. Comme je le souligne, une démocratie pure est une forme d'anarchie, mais la plupart des gens croient que l'idée fausse selon laquelle l'anarchie n'est qu'un état de désordre. Anarchie signifie littéralement "sans dirigeants", pas "sans règles", bien que cela puisse être le cas.) Ou que la monarchie [une seule règle] ne s'applique qu'à la "royauté" et non à un dictateur.

Comme vous pouvez le voir, une grande partie de la confusion de nos jours vient de la terminologie et d'un manque de compréhension véritable. Cela, et les gens veulent se distancier des aspects les moins souhaitables de certaines histoires de leur vision du monde, qui sont basés sur certains aspects de cette terminologie. Et une grande partie de la confusion vient également du point de vue de ceux qui utilisent cette terminologie.

Commençons par les «ailes». En France, après la révolution, les «libéraux» étaient ceux qui voulaient passer de l'aristocratie / monarchie à une république; [une forme de gouvernement dans laquelle le pays est considéré comme une "affaire publique", et non la propriété privée ou la propriété des dirigeants. Les principales positions de pouvoir au sein d'une république ne sont pas héritées.] Et ils ont choisi la «gauche». Les «conservateurs» favorables au maintien de l'aristocratie / monarchie ont choisi la «droite». Mais c'est la France, oui?

Aux États-Unis, en 1776, les «libéraux» étaient ceux qui voulaient passer de l'aristocratie / monarchie à une république de laissez faire. Mais au fil du temps, surtout au début du XXe siècle, les «libéraux» ont voulu revenir au contrôle (influence / régulation) imposé par l'aristocratie / monarchie, mais bien sûr conserver la république. Et ce sont désormais les «conservateurs» qui privilégient une République de Laissez Faire. Donc, comme vous pouvez le voir, même les «ailes» ont basculé, le «Libéral de gauche» d'autrefois, était Laissez Faire Capitaliste, et le «Conservateur de droite» était Monarchiste aristocratique.

Comme vous pouvez le voir, la perspective change sur la géographie et le temps. C'est pourquoi je vous suggère de penser en termes de «force de gouvernement», c'est-à-dire de législation, plutôt qu'en termes de «libéral» ou de «conservateur». Le groupe que vous essayez de définir s'appuie-t-il sur la législation pour faire avancer son programme, ou compte-t-il sur le choix individuel et personnel?